Le lesbianisme: une métaphore pour le défi

Elvira Fente Gómez

Resumen


Cet article tente de plonger dans la poésie de Marie Xosé Queizán, directrice de la revue féministe Festa da palabra silenciada, qui a joué un rôle majeur dans la ré-appropriation de la voix de femmes écrivaines dans les années 1980. Nous verrons comment le corps, la parole et le sexe se mélangent pour établir un nouvel univers féminin. L'écriture, dit l'auteure, signifie échapper au silence, ce qui arrivera, selon Queizán, passant d'abord par la femme se transformant en corps. Fusionner le corps et la parole devient un acte subversif. Pour cela, la femme doit commencer par le corps pour trouver son corps à elle. Nous verrons également comment Queizán et d'autres auteures ont fait partie du mouvement de poeróticas des années 1990, et dans lequel la critique du patriarcat est renforcée par le traitement du lesbianisme comme un intermédiaire parfait, dit Queizán, pour échapper aux valeurs de la société phallocentriques , donnant lieu à une littérature de transgression; c'est à dire, une nouvelle vision du monde. la transformation de l'expression symbolique de l'autonomie et rendre la parole aux femmes.


Texto completo:

PDF (Français (Canada))

Enlaces refback

  • No hay ningún enlace refback.




Licencia Creative Commons Este obra está bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-CompartirIgual 3.0 España